Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 19:47

 

images-copie-6.jpg

 

 

     Il y a de cela trois ans -sauf erreur- quand j'étais encore au lycée, j'avais écrit un petit article que j'avais intitulé "le passé simple". Titre un peu tordu rappelant des heures sombres plongé sur de la conjugaison mais dont j'étais plutôt satisfait. J'avais par la suite renoncé à le publier sur strasse115 et avais certainement fini par le jeter.

     Cependant, ces jours-ci, certains évenements me ramènent à ce que je pensais au moment d'écrire ces lignes et je me suis dit qu'il était plus que temps de me remettre à écrire ! (après plus d'un mois d'inactivité, merci Overblog pour le "remettez-vous à écrire ou on envahit votre blog de publicité ><")

     Voici donc un article sur le passé et l'habitude, que je classe volontairement dans "réflexion personnelle" puisque ce n'est que mon humble avis après tout.

 

     Tout d'abord, il est important de noter que l'on "supporte" d'autant plus une situation donnée que si elle est la seule que l'on n'ait jamais connue. 

     En effet, si l'on a toujours roulé sur des chemins caillouteux sans jamais avoir roulé sur une belle nationale goudronnée, on peut certes s'en plaindre mais on finit par s'y faire. (exemple en papier maché)

     Or, si un jour on en vient à se retrouver sur la route mais pour quelques kilomètres seulement et que l'on retombe sur un chemin, le "retour à la normale", à "l'habitude" sera d'autant plus difficile puisqu'il faudra s'y réhabituer.

 

     C'est comme cela qu'on en vient à prendre certaines décisions pour se "préserver", pour s'éviter ce "retour à la normale". Décisions qui ne sont surement pas les bonnes mais qu'il est parfois difficile de ne pas prendre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

GrosSquaale 06/09/2013 16:26

Peut-on savoir de quel genre de décisions il est question?

strasse115 06/09/2013 16:32



Hmm personnel, sinon j'aurai développer un peu plus, disons que la vie est une inépuisable source de claques et restons-en là?