Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 20:29

 

 imagesCAE4NMCR

 

 

 

     Bon, il faut vraiment que je me motive pour écrire cet article qui trâine depuis des semaines maintenant. Mais je ne sais ni par où commencer, ni où cela finira. Alors ce sera peut-être un peu brouillon et mal expliqué si je ne trouve pas les mots à mettre sur la pensée, mais j'essaierai d'être aussi clair que Chazal (pitoyable je sais!).

     Cet article portera donc sur la morale et la justice, enfin un mélange des deux quoi (à noter qu'un article sur la politesse, la morale et le respect suivra d'ici peu).

La morice et la justale nous disions donc! Commençons par une définition de ces deux termes :

 

Justice : nf : principe moral qui exige le respect du droit et de l'équité. Vertu, qualité morale qui consiste à être juste et à respecter les droits d'autrui.

 

Je passe volontairement les définitions suivantes qui deviennent de plus en plus concrètes et tiens à souligner que la morale apparaît déjà deux fois!

 

Morale : nf : ensemble des normes, de règles de conduites propres à une société donnée. Théorie du bien et du mal, fixant par des énoncés formatifs les fins de l'action humaine.

 

     Donc justice + morale = bien ! Plus concrètement, on peut dire que la morale englobe le respect, la politesse etc (comme laisser passer quelqu'un devant soi, tenir la porte à une jolie femme, ou que sais-je encore...) et que la justice est une représentation concrète de cette morale. Par exemple : on dit bonjour à une personne que l'on croise dans la rue par politesse (alors qu'après tout rien ne nous y oblige, on peut très bien être le plus mal poli du monde) et on s'arrête à un feu rouge parce qu'on y est "obligé", c'est écrit. Dieu dit "les feux rouges tu ne grilleras pas!" Et l'Homme tout gentil l'écouta! (ou pas).

     Par conséquent, un manque de morale n'entraîne pas forcément de problèmes avec la justice.

 

     J'en arrive à la problématique de cet article : si manque de morale il y a et que justice d'elle-même ne se fait pas, est-ce un manque de morale que de faire justice soi-même? On pourrait citer des phrases comme "assassiner un assassin est-il un crime?" ou encore "si quelqu'un t'a offensé, ne cherches pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre".

 

     Faire justice soi-même va à l'encontre de la "véritable" justice, mais peut-être faut-il parfois manquer de morale pour respecter ses propres principes moraux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires