Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 21:38

 

 

qergf.jpg

 

     Alors tout d'abord : oui ce titre est en carton et oui le choix de l'image est pire !

 

 

Aujourd'hui : don du sang. Second passage pour moi. 480 ml, vision d'horreur en fixant l'aiguille, collation méritée pour 20 minutes de calvaire (oui j'exagère un peu).

 

     Je me suis donc posé la question -bah oui pendant 20 minutes allongé sur un siège modèle dentiste, on cogite- 

"mais comment le sang se renouvelle t-il? 'Doit bien sortir de quelque part?"

 

Alors, après une petite recherche pour assouvir ma soif de curiosité, voici l'explication : 

 

 

Les cellules sanguines sont produites par la moelle osseuse. C'est ce qu'on nomme l'hématopoïèse.

(la moelle osseuse est située au centre du dos dans certains os)

 

Les figurés du sang (globules et plaquettes) sont renouvelés lors de ce phénomène, à titre de plusieurs milliers par jour. 

 

 

     Voilà, un peu bref peut-être mais assez court pour être clair je pense.

J'en profite pour encourager les personnes (majeures cela va de soi) qui liront ces lignes à aller au moins une fois faire des cauchemars à la vue de l'aiguille donner leur sang.


Repost 0
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 10:56

 

     Bon, cet article n'en est pas un. Simplement une petite constatation que je continue de faire chaque jours depuis peu : 

 

parmi les visiteurs de Strasse115, certains arrivent dessus via google par la recherche "taux de suicide fin du monde" et tombe immancablement sur l'article "peut-on s'armer contre la fin du monde?". C'était à parier à l'approche de la date fatidique du 21 décembre (on est toujours là soit dit en passant!) mais de là à constater cela tous les jours depuis bientôt une semaine...

 

     Alors, puisque mon article ne portait pas clairement sur le taux de suicide à l'annonce d'un cataclisme, je renvoie les plus curieux/ses à ce site (pas en français ne soyez pas surpris) qui je pense éclaircira davantage vos pensées : link

 

 

Joyeuse fin du monde à tous !

Repost 0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 11:57

 

rtgh-copie-1.jpg

 

 

     Bon voilà, après plusieurs semaine d'avalage de romans de Nothomb, je me remet à la lecture de livres qui se lisent en une poignée d'heures -voire de minutes. Cet article, bien que peu interressant je l'avoue, va donc porter sur l'un d'entre eux. Mais avant : petite "publicitié" !

 

     Il y a deux ans -si je me souviens bien- j'ai découvert un livre que je recommande à tout un chacun d'un tant soit peu curieux et qui est à la base de ce blog j'ai envie de dire (au même titre que l'Encyclopédie du savoir relatif et absolu) : Pourquoi les rayures ont-elle des zèbres? Pourquoi les bois ont-ils des cerfs? de Jean-baptiste Giraud. Je l'ai ressorti d'un placard et m'y replonge ces jours-ci.

 

     Et second livre que je recommande aussi : Ca m'agace, de Jean-louis Fournier (pas du tout dans le même style que Giraud, mais tout aussi plaisant à lire).

 

     J'en viens donc au sujet de cet article, qui m'est venu en lisant l'un de ceux de Fournier hier soir : "le mot improbable m'agace". Je passe volontairement les explications de son texte pour en arriver à la fin "je pense à ineffable", mot qui selon lui n'est pas employé à sa juste valeur puisque souvent méconnu. Donc voila : ayant trouvé ce mot -que je ne connaissais pas- plus "poétiquement exploitable" (la vache ça veut rien dire) en voici la définition : 

 

Ineffable : adj : qui ne peut être exprimé; indicible; Joie ineffable.

 


Repost 0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 16:26

 

 

 

Photo0195.jpg

Photo0196-copie-2.jpg

 

 

 

     Alors, cet article n'a strictement aucun interet ou une quelconque utilité, mais bon, c'est juste histoire de "marquer le coup" disons.

 

 

     Cette semaine : examens -même si on nous a fait comprendre que ce n'était même pas des partiels alors qu'on nous bourrait le crâne avec "carte étudiant, convocation etc blabla" depuis des semaines.

     Arrivé en épreuve de mathématiques et de macroéconomie, on nous annonce ce à quoi je m'attendais : "calculettes programmables non autorisées" ah...ah...ah... (ce qui est devenu nettement moins marrant quand j'ai constaté le nombre d'étudiant/es mécontents (voire très mécontents..) par la nouvelle, qu'on nous avait quand même répétée plusieurs fois avant.

     Alors, n'ayant d'autre choix que d'utiliser une autre calculette moins performante, certe, mais tout aussi verte que les traditionnelles Casio, me voici muni de ma Super Ginette la Grenouille Matheuse ! (merci Cornichon pour le prêt fort appréciable!)

 

 

Comme quoi, le ridicule ne tue pas, alors que beaucoup d'autres sont verts de rage de ne pouvoir sortir leur casio (blague en mousse!)

Repost 0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 13:15

 

 

 

qefr.jpeg

 

 

 

 

     Je deviendrai ta lune pour éclairer tes nuits

Je viendrai avec toi pour marcher jusqu'au loin

Je serai ton soleil pour éclairer ta vie

Je viendrai avec toi marcher main dans la main

 

 

 

 

 

 

Quelques lignes écrites à la va vite que je publie quand même..

Repost 0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 22:54

atr.jpg

 

 

     Voici un article qui porte sur ce que l'on nomme "paliers de décompression". Je ne m'étais jamais vraiment posé la question de "comment fonctionne la plongée sous-marine" jusqu'à aujourd'hui. Alors voici un article qui éclaircira un peu le sujet.

     Il faut tout d'abord noter que la pression augmente fortement avec la profondeur à laquelle nous nous trouvons. Pour donner un exemple, à 20 mètres sous l'eau, la pression sera trois fois supérieure à celle en surface -et donc bien plus grande que celle que peuvent nous mettre patrons et professeurs (blague qui tombe à l'eau c'est le cas de le dire).

     Ensuite, notons le fait que ce qui pose des problèmes de pression, ou plutôt qui "oblige" à faire des pauses en remontant vers la surface, est l'azote. En effet, l'oxygène que notre corps va absorber va être utilisé et le gaz carbonique va être expulsé naturellement. Or, l'azote dissout -qui est alors en quantité supérieure- ne rentre pas dans ce cycle. 

     Lors de la remontée vers la surface va avoir lieu un "dégazage" de l'azote, sous forme de bulles plus ou moins importantes dans notre corps. D'où le besoin de paliers, afin de ne pas remonter trop rapidement, ce qui provoquerait la formation de bulles trop importantes dans l'organisme et donc de graves dégâts. 

     Ces paliers sont donc nécessaires à une décompression moins "brutale" en éliminant une quantité d'azote suffisante avant de remonter à l'air libre. 

 

 

(oui quand j'ai lu ça j'ai failli faire un malaise charabiatesque vu que je n'ai plus fait de chimie depuis des années)

 

Alors pour les derniers sceptiques : opération résumé du résumé : 

 

     Faisons une comparaison vite faîte avec une bouteille de champagne (bah quoi?) : le CO2 présent dans la bouteille est sous forme dissoute. Le gaz est soumis à une pression plus ou moins forte. Or, quand la pression augmente, la quantité de gaz dissout est plus importante. Par conséquent, lorsque la pression diminue de manière trop brutale, la quantité maximale de gaz soluble diminue fortement. Ce qui engendre une "perte" du gaz dissout dans le liquide. Il va donc s'échaper en retrouvant sa forme gazeuse. D'où la formation de bulles. 

---> Donc, si l'on ne respecte pas les paliers de décompression (si l'on remonte trop rapidement donc) l'azote dans notre corps va retrouver sa forme gazeuse et former des bulles. Ce qui est plus que problématique (je ne mettrai aucune photo mais libre à vous de vous renseigner davantage sur les conséquence d'une mauvaise décompression).

 

Voilà, je renvoie les plus curieux à différentes études sur les paliers de décompression en plongée sous-marine, qui seront nettement plus précises qu'ici.

Repost 0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 13:17

 

 

tdj-copie-1.jpeg

 

 

     Ce matin, direction la Fac, comme tout mardi matin qui se respecte. Sâle temps, pas de pluie, un peu de vent et un air plus que frais. Tout ça pour en venir à l'imprévu de la matinée morose qui s'annonçait : la venue d'un jeune syndicaliste avec ses tracts et son discours au micro, laissant la prof avec son power point.

 

     Et là ! Surprise totale ! Je commence la lecture du tract -le discours me passant au dessus je dois dire- et je tombe sur "refusons la tutelle de tout partir politique". Bon, très bien me dis-je. Bien que les arguments sentent le socialisme à des kilomètres, au moins ce syndicat reste "autonome".

 

     Sauf que quelques lignes plus bas, je tombe sur la liste des soutiens et sur celui qui retient évidemment mon attention :

 

"Riposte face à l'extrême-droite"   Hum...blague? Refus de tutelle de partis politique mais acceptation d'un soutien luttant contre un parti politique tout de même important dans notre pays? Hum...?

Repost 0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 13:08

 

 

 

help.jpeg

 

 

 

     Il est des jours où il faut agir

Agir par conviction

Arrêter de réfléchir

Ne plus se poser de questions

 

Il est des jours où il faut mentir

Mentir par omission

S"effacer en un sourrire

Sans en révéler la raison

 

Il est des jours où il faut partir

Partir par dévotion

Savoir accepter le pire

Se vider de toute émotion

 

 

 

 

"On peut aider les gens malgré eux"

 

Même si j'approuve cette phrase dans la théorie, je trouve que la pratique est avant tout cruelle. Pas cruelle pour la personne que l'on choisit d'aider malgré elle. Mais cruelle pour soi-même. En effet, aider une personne lorsqu'elle n'en a selon elle pas besoin, revient à se la mettre à dos, du moins à court terme. Alors je pense qu'il doit falloir une grande bonté d'âme pour oser le faire. Cela revient à agir par conviction, mais sans en récolter les fruits. "Planter pour que d'autres récoltent" pourrait-on dire? Accomplir un acte désinterressé, donc on récolterait uniquement le sentiment d'avoir agi pour le bien de quelqu'un. Peut-être n'est-ce que cela ce que l'on nomme "bonne action".

 

Repost 0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 11:55

 

 

hhh.jpeg

 

 

 

     Je préviens dès le début, cet article sera court pour deux raisons. La première étant que j'ai peu de temps pour le publier (la médiathèque n'offrant qu'une heure de connexion par jour) et la seconde rendant la fonctionnalité "brouillon" obsolète puisque de toute façon, il n'y aura pas grand chose à creuser.

 

     Premièrement, comment m'est venu cette idée d'article (ce dont on se contrefout mais j'ai pris pour habitude de l'écrire alors...) J'arrivais donc en cours ce matin, journée pluvieuse tout ce qu'il y a de plus banal, quand diantre! Une goutte de cire sur le coin de ma table! Tout de suite, mon esprit vif et éclairé se dit "balaie-la et suis le cours" tordu se demande comment elle a bien pu se retrouver ici. (ce que je n'ai toujours pas trouvé vu la présence de détecteurs de fumée dans la salle, mais là n'est pas le sujet). Voilà donc pour l'origine de cet article. Ou presque, je précise également que j'ai lu ce qui va suivre dans le roman de D. Brown Le Symbole Perdu et que la goutte de cire me l'a tout de suite rappelé. Alors, comme je trouvais cela interressant, paf! un article!

 

 

     Donc, deuxièmement, le sujet de cet article : l'origine du mot "sincère".

Comme nombre de mots de notre langue, celui-ci vient du latin. En effet, sincère vient du latin "sincerus" composé de "sin" et "cera". Littéralement "sans cire".

 

     De là découlent plusieurs thèses (je reprendrai seulement deux d'entre elles -qui se rejoignent- et laisserai aux éthymologistes en herbe la liberté d'en suivre d'autres, sans affirmer qu'une est plus vraie qu'une autre) :

 

- tout d'abord, celle que j'ai lue : les sculpteurs corrigeaient les statues en y mettant de la cire, sur laquelle ils soufflaient de la "poudre de pierre" pour créer l'illusion qu'il n'y avait aucun défaut. D'où l'idée de "sans cire" , sans trucage, donc "sincère". Les statues dîtes "sans cire" étaient donc des statues vierges de tout défaut.

 

- ensuite, thèse que j'ai trouvée sur le net il y a quelques jours : les apiculteurs enlevaient dans l'Antiquité la cire collée dans le miel à la sortie de la ruche. D'où l'idée d'un miel "vierge de morceaux de cire", donc sincère. Même thèse finalement.

 

 

 

     Enfin, je précise quand même aux lecteurs de cet article de se forger une opinion par eux-même, en cherchant dans des manuels de cours pour ceux qui apprenent ou on appris le latin -voire le grec. Ou sinon sur le net. Nombre d'hypothèses se défendent, mais rien n'est sûr à 100%. Certains affirment donc que D. Brown est un abject manipulateur, ce que je trouve ridicule, mais je n'affirmerai pas que cette éthymologie est exacte à 100% comme je l'ai dit plus haut.

 

Libres, libres, libres.

Repost 0
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 15:48

 

 

trg.jpeg

 

 

J'écris cet article juste comme ça, car j'ai quelques minutes pour écrire un article suplémentaire avant d'aller en cours. Son utilité? Très limitée je sais, tant pis!

 

Je me trouve donc devant les portes closes de la médiatèque depuis 20 bonnes minutes maintenant, sous la pluie en plus...

 

Des gens arrivent, de plus en plus nombreux, et je m'amuse à compter combien vont inévitablement s'avancer devant les portes pour être bien sûr et certains et certains d'être sûrs d'être certains d'être sûrs.........qu'elles sont fermées...

 

Eh bien la majorité, soit environ 7 personnes sur une petite douzaine en juste 15 minutes d'étude tout à fait scientifique!

 

Alors j'écris cet article, pour vanter le sens de l'observation des habitants de Limoges(87) qui ont cru et continueront inévitablement de croire que j'aime attendre sous la pluie devant des portes closes...

 

 

 

 

 

Pour ne pas vous laisser sans rien quand même, je renvoie les curieux à l'article de l'Encyclopédie du savoir relatif et absolu de Bernard Werber : La culture d'entreprise. (expérience avec des singes, sans tellement de rapport avec mon article, si ce n'est le nouveau venu qui se cogne aux portes closes à chaque fois)

Repost 0