Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 18:38

 

lilith.png

 

     Ayant relu la fin d'un certain roman, et m'étant une fois encore régalé de toutes les références bibliques qui s'y trouvent, voici un article consacré à ce que je qualifierai de vérité oubliée.

 

     Combien ont fait des années et des années de cathéchisme? Combien sont allés des dizaines voire des centaines de fois à l'église? Et maintenant, combien se rappelent qui est Lilith? Etrangement, beaucoup moins.

 

     Qui peut bien être cette Lilith dont la Bible ne parle que très (trop?) peu? Pourquoi son existence est-elle si peu connue car si peu enseignée?

 

     Tout d'abord, il faut savoir que la Génèse (premier livre de la Bible, traîtant de l'origine de l'humanité) propose deux versions de la création de l'Homme.

 

-> l'homme et la femme auraient été conçus à l'image de Dieu. ("il les créa mâle et femelle").

 

-> Eve aurait été créé à partir d'une côte d'Adam (de quoi commencer avec une dent contre la gent féminine...)

 

C'est tentant de parer à la contradiction de ces deux "créations" qu'est apparu le mythe de Lilith, la "vraie première femme".

 

 

 

 

     Ensuite, dans la Kabbale (loi orale secrète dans l'ésotérisme judaïque, transmise par Dieu à Moïse sur le mont Sinaï en même temps que la loi écrite secrète, la Torah), le mythe de Lilith apparaît plus "clairement" (tiré de légendes sumériennes).

     Elle a été tirée de la même terre qu'Adam, ce qui ne fait aucune différence entre eux (contrairement à l'opération de la côte), et de ce fait, Adam ne lui est en aucun point "supérieur". A tel point que Lilith refuse d'être en dessous de lui quand ils font l'amour, ce qui provoque inéluctablement une dispute (depuis l'excuse du mal de crâne a été inventée). Elle ira se "plaindre" au Très Haut qui lui donnera des ailes (cher payé quand même) pour qu'elle quitte l'Eden.

     Adam se "sentant seul", Dieu enverra des anges pour convaincre Lilith de revenir dans leur petit coin de paradis, ce qu'elle refusera (prouvant ainsi son insoumission à l'Homme).

 

     Dieu, pour la "punir", la condamnera à ce que chacun de ses enfants soit mort-né. Elle finira par épouser le démon Samaël. (les méchants garçons attirent davantage les femmes?).

 

     Pour finir, Lilith (rancunière?) se changera en serpent pour tenter Eve (tout ça pour une pomme...!) et incitera Caïn à tuer Abel.

 

 

    L'histoire de Lilith, la première femme donc, étant assez peu réjouissante, on peut facilement comprendre pourquoi on évite d'en parler au cathéchisme finalement...

Cela dit, on peut s'estimer heureux, Adam et Lilith n'ont jamais eu d'enfants, enfin sauf si on compte les quelques nuées de démons par ci par là...

Repost 0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 13:39

 

images-copie-1.jpg

 

 

 

   Suite à une conversation chez une amie d'enfance il y a quelques mois (je viens de retrouver cet article et OUI je suis bordélique), j'aimerais consacrer cet article au baptême.

Après avoir mentionné l'idée de faire baptiser sa fille, le sujet m'a paru interressant alors j'y prête ma plume.

 

     En effet, au sein de la religion, chétienne tout du moins, la "tradition" veut que l'on fasse baptiser ses enfants dès leur plus jeune âge, cela afin d'entrer dans la communauté chrétienne et d'avoir "la protection du Très Haut" (ben voyons).

Certes, dans une famille où la religion occupe une place importante, c'est normal, une évidence dira-t-on. Quant aux familles athées, le baptême ne sera pas "obligatoirement" fait -quoique rappelons qu'il est obligatoire d'être baptisé pour se marier à l'église.

 

     Cependant, on en vient à la problématique de cet article, à savoir que personne ne demande l'avis du "petit tout mignon tout joufflu" tout juste bon à se taper les bisous baveux des vieilles tantes gaga. "Il est jeune", "ça sera fait"...

Mais si le petit potelé s'écartait totalement de la chrétienté après cela? Baptême non-annulé certes, mais totalement superflu.

 

     Tout cela pour dire que la famille ne nous laisse pas ce choix, mais bien souvent nous l'impose. Et (ça sent le vécu?) je trouve cela dommage dans un sens, puisque ce devrait être une démarche personnele et volontaire, qui n'en serait que plus naturelle ou logique. Et cela se voit d'ailleurs aujourd'hui. La religion se pert, alors le baptême devient de moins en moins systématique et en avançant dans la vie, on oublie souvent ce sacrement (les six autres étant la confirmation, l'eucharistie, la pénitence, l'extrême-onction, l'ordre et le mariage).

 

     Néanmoins, il se trouve des personnes qui, arrivées à un certain moment de leur vie, éprouvent le besoin de se faire baptiser et en font alors la démarche, ce que je qualifierai "d'acte à encourager".

 

 

 

             ( D'autant plus qu'à cet âge, les chances que ces personnes se mettent à pleurer en prenant de l'eau sur le front ou ne lâchent un petit pipi sur monsieur le curé sont plus minces)

 

Repost 0