Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 21:38

 

 

qergf.jpg

 

     Alors tout d'abord : oui ce titre est en carton et oui le choix de l'image est pire !

 

 

Aujourd'hui : don du sang. Second passage pour moi. 480 ml, vision d'horreur en fixant l'aiguille, collation méritée pour 20 minutes de calvaire (oui j'exagère un peu).

 

     Je me suis donc posé la question -bah oui pendant 20 minutes allongé sur un siège modèle dentiste, on cogite- 

"mais comment le sang se renouvelle t-il? 'Doit bien sortir de quelque part?"

 

Alors, après une petite recherche pour assouvir ma soif de curiosité, voici l'explication : 

 

 

Les cellules sanguines sont produites par la moelle osseuse. C'est ce qu'on nomme l'hématopoïèse.

(la moelle osseuse est située au centre du dos dans certains os)

 

Les figurés du sang (globules et plaquettes) sont renouvelés lors de ce phénomène, à titre de plusieurs milliers par jour. 

 

 

     Voilà, un peu bref peut-être mais assez court pour être clair je pense.

J'en profite pour encourager les personnes (majeures cela va de soi) qui liront ces lignes à aller au moins une fois faire des cauchemars à la vue de l'aiguille donner leur sang.


Repost 0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 22:54

atr.jpg

 

 

     Voici un article qui porte sur ce que l'on nomme "paliers de décompression". Je ne m'étais jamais vraiment posé la question de "comment fonctionne la plongée sous-marine" jusqu'à aujourd'hui. Alors voici un article qui éclaircira un peu le sujet.

     Il faut tout d'abord noter que la pression augmente fortement avec la profondeur à laquelle nous nous trouvons. Pour donner un exemple, à 20 mètres sous l'eau, la pression sera trois fois supérieure à celle en surface -et donc bien plus grande que celle que peuvent nous mettre patrons et professeurs (blague qui tombe à l'eau c'est le cas de le dire).

     Ensuite, notons le fait que ce qui pose des problèmes de pression, ou plutôt qui "oblige" à faire des pauses en remontant vers la surface, est l'azote. En effet, l'oxygène que notre corps va absorber va être utilisé et le gaz carbonique va être expulsé naturellement. Or, l'azote dissout -qui est alors en quantité supérieure- ne rentre pas dans ce cycle. 

     Lors de la remontée vers la surface va avoir lieu un "dégazage" de l'azote, sous forme de bulles plus ou moins importantes dans notre corps. D'où le besoin de paliers, afin de ne pas remonter trop rapidement, ce qui provoquerait la formation de bulles trop importantes dans l'organisme et donc de graves dégâts. 

     Ces paliers sont donc nécessaires à une décompression moins "brutale" en éliminant une quantité d'azote suffisante avant de remonter à l'air libre. 

 

 

(oui quand j'ai lu ça j'ai failli faire un malaise charabiatesque vu que je n'ai plus fait de chimie depuis des années)

 

Alors pour les derniers sceptiques : opération résumé du résumé : 

 

     Faisons une comparaison vite faîte avec une bouteille de champagne (bah quoi?) : le CO2 présent dans la bouteille est sous forme dissoute. Le gaz est soumis à une pression plus ou moins forte. Or, quand la pression augmente, la quantité de gaz dissout est plus importante. Par conséquent, lorsque la pression diminue de manière trop brutale, la quantité maximale de gaz soluble diminue fortement. Ce qui engendre une "perte" du gaz dissout dans le liquide. Il va donc s'échaper en retrouvant sa forme gazeuse. D'où la formation de bulles. 

---> Donc, si l'on ne respecte pas les paliers de décompression (si l'on remonte trop rapidement donc) l'azote dans notre corps va retrouver sa forme gazeuse et former des bulles. Ce qui est plus que problématique (je ne mettrai aucune photo mais libre à vous de vous renseigner davantage sur les conséquence d'une mauvaise décompression).

 

Voilà, je renvoie les plus curieux à différentes études sur les paliers de décompression en plongée sous-marine, qui seront nettement plus précises qu'ici.

Repost 0
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 16:12

images.jpeg  

 

 

     Après quelques semaines de non-écriture (pas bien!), voici un article sur le phénomène que l'on appele le doigt de la mort.

 

Direction le pôle sud, là où il fait chaud où ça sent bon le sable chaud froid et où on se gèle le bout des doigts. En plein Antarctique donc, enfin sur les côtes, puisque ce phénomène se produit sous l'eau, on peut tomber sur ce que l'on nomme un Brinicle. Bri..quoi? Brine = saumure (eau fortement sâlée et extrêmement froide -en dessous de 0°c-) et nicle = stalactite -oui comme dans les grottes.

 

     Pour faire simple : l'eau en surface va se mettre à geler (près des côtes évidemment, on n'a jamais vu une plaque de gel au milieu de l'océan). Or, comme bon nombre d'éléments solides, le sel (bah oui, c'est l'océan, donc du sel à profusion) va "s'extérioriser" et quitter l'eau lorsque celle-ci va se solidifier. Un fin courant d'eau encore liquide contenant le sel va alors se former, sous la surface de l'eau gelée, comme une cheminée qu'on aurait montée à l'envers (comparaison bidon ^^').

 

     Ahh ça me rappele les expériences en TP de biologie avec des profs qui avaient tellement peur qu'on fasse exploser le bâtiment qu'ils ne nous laissaient manipuler...que de l'eau.

     Ce fin courant donc va continuer à plonger dans les profondeurs océaniques puisque, rappelons-le, l'eau sâlée et froide tend à plonger. Or, là arrive les ennuis, l'eau toujours à l'état liquide autour de ce courant est légèrement plus chaude que celle qui y circule (façon de parler parce que l'Antarctique c'est pas tellement chaud). Ce qui entraîne la formation d'une fine couche de glace, d'où le terme de briNICLE (à noter que la taille de cette stalactite est très variable, puisqu'elle dépend de la force des courant, de la profondeur de l'eau etc).

 

     La saumure va continuer à s'enfoncer, l'eau encore liquide va geler peu à peu, l sel s'extérioriser et plonger etc etc.

 

 

     Maintenant qu'on a le doigt, pourquoi carrément celui de la mort?

Pour faire simple, rappelons que cette stalactite est extrêmement froide, rappelons également qu'au fond de l'océan, on trouve souvent des animaux "lents" tels étoiles de mer ou oursins(oui, il y en a qui prennent leurs vacances en Antarctique!). Donc : animal lent + doigt de la mort = pas le temps de plier bagages qu'on est déjà coincé dans la glace. Car une fois touché "terre", ce doigt va devenir rampant. En effet, le courant de saumure va suivre la pente (même très légère) des lieux et se mettre à "ramper" tel un filet du diable (Harry Potter est une source de métaphores intarissable!) et piéger les animaux -voir un plongeur perdu qui aurait mieux fait de passer ses vacances ailleurs- qui vont périr de froid...

 

 

Moralitié de l'histoire : la Mort, mieux vaut la saluer que lui serrer la main.

Repost 0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 16:25

 

 

 sans-titre-copie-4.png

 

 

 

     En pleine saison des foins, cet article s'imposait. Voici donc le sujet qui a piqué ma curiosité : Le nain Atchoum est-il PDG de Kleenex? Comment et pourquoi éternue-t-on?

 

     Tout d'abord, il faut savoir que plusieurs phénomènes peuvent déclencher ce superbe rugissement nasale :

 

-un corps étranger, comme une poussière (ou la première phalange de l'index qui n'a rien à faire ici!)

 

-une réaction allergique

 

-ou une maladie infectieuse

 

     Ensuite, pour ce qui est du mode de fonctionnement, il s'agit d'une collaboration entre les systèmes nerveux et musculaires. Pour faire simple :

 

     Vous êtes une poussière (ça commence bien je sais) seule dans le froid et la nuit quand soudain apparaît l'entrée d'une grotte. Vous apercevez de la lumière, il a l'air d'y faire chaud alors hop, vous décidez d'entrer. Une forêt pleine de poils s'étend alors devant vous. L'endroit n'a pas l'air bien fréquenté et vous choisissez d'aller plus loin, jusqu'à trouver un petit nid douillet à la surface de la mucqueuse nasale. Vous voilà au chaud et pour rompre l'ennui, vous chatouiller l'endroit (faut rien avoir à faire hein). Et là c'est le drame! Les terminaisons nerveuses stimulées alertent le cerveau qui ferment les yeux et contracte les muscles de la gorge et de la poitrine (notamment le diaphragme, à l'origine de la grande inspiration) et c'est le Big Bang! Après un temps de latence qui peut durer plusieurs secondes, vous voilà expulsé à plus de 150km/h, accompagné de milliers de gouttelettes et bactéries en tout genre.

 

Moralitié : la prochaine fois, il faudra penser à régler le loyer avant de s'installer.

Repost 0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 17:56

imagesCAXML3U0.jpg

 

 

     Après un moi d'avril plus que pourri et les incessants "le vent d'Est est fort aujourd'hui" de mon père, voici un article consacré au vent, définition à la clef.

     Vent : n.m. : déplacement d'air s'effectuant surtout horizontalement et qui tend à atténuer les inégalités du champs de pression atmosphérique.

 

     Comme dirait Jean-Baptiste Giraud : "ne souriez pas, vous vous êtes déjà posé la question!"

Dame météo est bien gentille (ou pas) avec ses "le vent soufflera à plus de 80km/h sur les côtes bidules" mais ce vent, d'où vient-il? Tout comme, quand on dit que "le vent est glacial, il doit venir de Pologne!", les polonais se disent peut-être "brrr on se caille ici, ça doit venir de Russie!", les russes se disent alors "encore un coup des américains!" qui s'imaginent que "les élections françaises polluent vraiment l'atmosphère". Mais il faut bien que le vent vienne de quelque part...

 

     Tout d'abord, il faut savoir que le vent résulte de plusieurs phénomènes entraînant différentes forces et créant ainsi des mouvements d'air plus ou moins importants. Les forces en question sont : la force de Coriolis, la pression et le frottement.

 

     Dans un premier temps, les rayons du soleil vont chauffer l'atmosphère de manière inégale (les planètes sont ronde, avec ou sans océans et continents et avec une épaisseur de gaz inégalement répartie). L'air chaud va alors s'étendre afin d'occuper un plus grand volume, créant ainsi une force de pression dans l'atmosphère (il s'agit plus précisément de mouvements d'air allant de l'équateur, celui-ci étant plus touché et donc chauffé par les rayons solaires, aux pôles).

 

     Ensuite, intervient la force engendrée par la rotation de la planète : la force de Coriolis (à e pas confondre avec la force centrifuge, cette dernière dépendant de la position des corps alors que la première traîte de leur vitesse). Elle provoque la déviation des mouvements d'air dans les deux hémisphères (vers la droite dans l'hémisphère Nord, et donc vers la gauche dans l'hémisphère Sud, de même que pour le sens de rotation des cyclones).

 

     Enfin, intervient la force de frottement qui résulte de frictions entre les masses d'air et le sol. En effet, selon les reliefs, les mouvements d'air seront plus ou moins déviés ou ralentis.

 

 

     Voilà, je ne trouve pas vraiment d'études auxquelles vous renvoyer, si ce n'est la mise en place de l'échelle de Beaufort en 1805, mais tiens à préciser qu'au moins, la prochaine fois que vous vous prendrez un vent, vous saurez d'où il vient.

Repost 0